gold_peru_queda.jpg

A l’époque des Incas, des métaux possédaient une valeur divine à cause de sa beauté, l’éclat et la durabilité, étant toujours associé avec le rituel et la magie. Dans les Andes centrales, les orfèvres ont travaillé avec une grande habileté ces métaux précieux, en utilisant des techniques comme le laminage et le martelage et ils ont également inventé leurs propres techniques comme le plaqué des surfaces d’or et d’argent.

Les bijoux trouvés dans les tombes de l’Inca, Moche et Seigneur de Sipan, entre autres, nous donne la preuve que les anciens Péruviens étaient de véritables maîtres de la métallurgie et experts qualifiés dans l’orfèvrerie.

Actuellement, le Pérou est le deuxième producteur mondial de cuivre et d’argent et le sixième d’or ce qui est vital pour l’économie locale, car il représente 60 pour cent des recettes d’exportation du pays.

Comme le lapis-lazuli pour le Chili ou l’émeraude pour la Colombie, l’or est la matière précieuse la plus souvent associée à l’image du Pérou, suivie par l’argent et le cuivre.

Le récit que fait le chroniqueur du XVIe siècle Garcilaso de la Vega de l’entrée des Espagnols dans le temple du Soleil de Cuzco et de leur stupéfaction devant la beauté et la profusion des objets en or ciselé qui ornaient les lieux est révélateur des richesses du peuple inca.

Mais durant des siècles qui suivirent la Conquête, tout l’or du Pérou, qu’il s’agisse de ces objets, qui furent bien sûr pillés, ou du mineral brut, fut envoyé à la couronne d’Espagne ou réservé à la fabrication d’ornements pour les églises. Ainsi des millions d’objets en or qui existaient au Pérou avant l’arrivée des conquistadores, il ne reste que les quelques pièces exposées dans les quatre principaux musées de Lima (Musée national d’anthropologie et d’archéologie, musée de la Banque Centrale, musée Larco Herrera et musée de l’Or) et au musée Brüning de Lambayeque.

Le Pérou est producteur de métaux précieux, et la confection de bijoux et d’ornements en or et en argent, qui constituait déjà un art très élaboré lors de l’arrivée des Espagnols, s’y perpétue toujours.